La sorcière qui passait le balai

Octobre ! Le mois des sorcières… de celles qui se relient à la Terre en apaisant les maux dans d’autres mots ….😀🧙‍♀️💚🌍
Dans mes inspirations guidées … oui je prépare mes ateliers  » Histoires de sorcières pour réveiller la Terre « , voici une histoire singulière pour ceux que la magie attire dans d’étranges pensées…
 
Belle lecture !
 
🧙‍♀️ La sorcière qui passait le balai 🧙‍♀️
« A l’école des sorcières, il est d’une grande utilité de faire le ménage (ça y est ça me reprend … pour ceux qui ont lu d’anciens posts), de nettoyer, d’astiquer, de faire briller les endroits où on a travaillé… pour éliminer la saleté, le trop pleins de poussières de tous les alambics que l’on a utilisés.
Dans cette école particulière, il y avait une sorcière qui n’était pas ordinaire … si tant est que lorsqu’on est sorcière on est dans le monde ordinaire… Cette sorcière avait souvent des idées farfelues, comme ses cheveux en bataille, elle livrait de durs combats … contre le mal disait-on qu’elle voyait partout. Une souris passait …. « Satan » criait-elle ! Un rat noir se montrait : « Au diable sale rat! » Et elle leur donnait un sacré coup de balai.
Comme elle aimait donner des coups de balai les autres sorcières lui avaient suggéré de balayer régulièrement par terre au lieu de s’en prendre à la Terre entière. Mais même en balayant elle tombait toujours sur une araignée, une fourmi qu’elle prenait un malin plaisir à écraser…
Elle n’aimait pas les gens, surtout ceux qui lui faisaient de l’ombre, qui lui prenaient sa place à l’assemblée générale des soeurcieres du village. Alors elle décida d’inventer un sortilège pour éloigner tous ceux qu’elle n’aimait pas … ou qui ne voulaient jamais d’elle dans leur communauté… et il y en avait beaucoup vous vous en doutez tellement elle portait en elle tant de cruauté. Elle ne voyait pas sa cruauté, tout lui semblait normal, en particuliers la faculté de détester les autres. Alors maintenant elle décida de les éliminer, les éloigner à tout jamais de son monde.
Elle chercha comment faire sans trop alerter l’attention, car ses confrères devinaient vite ses intentions quand elles ne vibraient pas hauts.
Elle savait que tout le monde se servait de sel pour diverses recettes et qu’en l’utilisant elle passerait inaperçue pour mettre en œuvre ses ambitions.
Elle oeuvra dans une recette délicate, subtile à mettre en œuvre et qui l’obligerait d’aller voir les gens, elle qui les détestait tant.
Alors elle commença son stratagème.
La première personne qu’elle rencontra fût ravie de la voir arriver : »Ah voilà ! Enfin tu viens discuter au lieu de te sauver !, comment vas-tu ? J’ai fait des petits fours aux amandes, vient t’asseoir un peu et discuter si tu veux ».
Elle faillit avaler de travers, ne s’étant pas attendue à ce type d’accueil. Elle tenait son flacon de sel magique serré dans sa poche et n’arrivait pas à retirer sa main. Sa langue était collée dans sa bouche et elle n’arrivait pas à répondre à cette charmante invitation que n’importe qu’elle sorcière aurait accepté. Collée, elle était collée à la Terre et ne pouvait plus bouger. « Je ne m’attendais pas à cet accueil, et si elles me font toutes ça quand je viens, je n’irai pas très loin pour mener mon projet de tout éliminer. Quoi faire alors ? Vite, réfléchis, alors la formule pour te dépatouiller de ça ? Tu en dis quoi ? » lui disait sa petite voix intérieure….
« Rien, je ne trouve pas comment faire pour mettre mon plan en marche, et si je prends mon balai pour partir je vais passer pour une idiote sorcière qui prend la poudre d’escampette. »
Alors elle accepta de s’asseoir et de partager ce goûter gentiment proposé.
Elle entendit la gentille sorcière lui dire, tu sais les gâteaux d’amande sont délicieux accompagnés d’un peu de beurre salé !. Il me reste du beurre, mais je n’ai pas de sel, en aurais-tu sur toi ? Te connaissant, tu te protèges bien, je suis sûre que t’en badigeonnes soir et matin et que tu en as dans toutes les poches ! »
« Ah zutttt se dit elle intérieurement, que vais-je répondre ? Mon sel a été transformé dans d’étranges pensées. Mais elle me connaît bien et si je lui raconte des balivernes elle le saura. Je ne peux mentir. »
Elle répondit alors « Ahhhh tu me connais bien, figure toi que j’ai même un flacon sur moi, très spécial car il m’a été offert par une sorcière des airs, celle qui aime faire s’envoler les êtres dans la voie lactée ».
La gentille sorcière comprit ce qui se cachait derrière et répondit. Écoute je vais préparer deux recettes, une avec beurre salé et une avec beurre sucré. Mon crapaud m’a déconseillé de voyager en ce moment car je m’essoufflais, je pense que je dois diminuer le sel dans mes aliments à défaut de l’utiliser pour mes recettes magiques et féériques.
Foutue, elle était démasquée… son intention ne marcherait pas, la gentille sorcière avait tout deviné.
Alors elle décida de tenter l’aventure du gâteau aux amandes au beurre salé comme si de rien était.
Les 2 sorcières cuisinèrent toute l’après-midi, la sorcière au mauvais caractère en oubliait pourquoi elle était là, mais pas ce qui pourrait arriver si elle mangeait le cake au beurre salé.
Au moment de goûter les petits gâteaux, il se passa quelque chose d’étrange, le balai de la sorcière aux mauvaises intentions qui était resté accroché à l’entrée se mit à frémir, voulant se détacher de l’entrée pour se mettre à balayer toute la maison, tout seul, dans une activité effrénée. Nul ne pouvait l’arrêter. Il volait à toute vitesse, dans tous les sens. Quand il passa près de la table, il fit tomber tous les gâteaux salés par terre. Plus de possibilité de les manger, car rien n’avait été nettoyé chez la gentille sorcière.
Elles se mirent à rigoler, à rigoler si fort que le village les entendit. Leur rire était communicatif et se transmettait de maison en maison.
Le balai avait écarté le danger, balayé les hostilités et les 2 sorcières s’étaient retrouvées dans de nouvelles clartés.
« Comment ai-je pu oublier de rire à ce point » se demanda la sorcière qui était venue? « Que c’est bon de rire, de partager, de cuisiner dans de douces pensées ! ».
Depuis ce temps la, la sorcière bougonne transforma ses pensées et décida que le sel l’aiderait à propager la bonté dans ses recettes. Elle fût aidée bien souvent par un crapaud rigolo qui ne manquait jamais de lui rappeler de rire souvent à gorge déployée ! Et si son balai s’en mêlait, ils partaient tous dans une danse effrénée de joie et de légèreté ! »
 
Lumières de Rêves
Octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *